Parfois, il est plus facile d'être honnête avec le recul. Le patron de Lidar, Austin Russell, avoue en tout cas volontiers que lui et sa branche ont été beaucoup trop optimistes en ce qui concerne les voitures autonomes.

Partager cet article :

Pour la plupart des constructeurs automobiles, le lidar (Light Detection and Ranging), qui mesure la distance et la vitesse et détecte les objets à l'aide d'une lumière laser, est considéré comme un élément indispensable du cocktail de capteurs nécessaire à l'amélioration des systèmes d'assistance jusqu'à la conduite autonome. L'entreprise américaine Luminar (Orlando, Floride et Palo Alto, Californie) est l'un des principaux fournisseurs de tels systèmes.

Il y a quelques années encore, on pensait que la conduite autonome allait percer au début des années 2020, même pour les voitures de série. Entre-temps, la branche est naturellement devenue un peu plus réaliste, la complexité et le coût de la tâche ont fait réfléchir plus d'un chef d'entreprise.

Le jeune pionnier

La plupart du temps, le retour à la modestie se fait plutôt en coulisses. Austin Russell, CEO de Luminar, se montre plus ouvert. Russell a fondé l'entreprise en 2012, à l'âge de 17 ans.

Dans une interview avec « TechCrunch », Russell constate qu'il était convaincu très tôt, comme à peu près tout le monde dans le secteur, que les voitures autopilotées étaient à la porte. « En réalité, nous avons sous-estimé la complexité de la conduite autonome dans les environnements urbains d'au moins quelques ordres de grandeur », déclare Russell dans l'interview. « Trop de promesses ont été faites qui n'ont pas pu être tenues. Lorsque quelque chose se trouve à l'apogée du cycle de l'engouement, il faut le considérer avec scepticisme. Il y avait simplement un grand écart entre les ingénieurs qui étaient derrière la technologie proprement dite et les déclarations des dirigeants de l'époque ».

En 2017, se souvient-il, l'entreprise a pris la décision de poursuivre d'autres applications pour la technologie lidar haute performance : « Il est devenu très clair que les exigences pour une plateforme d'essai R&D sont un jeu complètement différent par rapport à un vrai véhicule de série. Les énormes porte-charges de toit que l'on voit et qui coûtent 100'000 dollars, et un superordinateur dans le coffre qui ne doit pas coûter plus de 1000 dollars... » Selon lui, non seulement la performance des systèmes, mais aussi leur caractère d’abordabilité sont des facteurs essentiels.

De nombreux problèmes non résolus

Il porte également un regard critique sur la performance : « Il est surprenant de voir à quel point les systèmes actuels de conduite assistée sont inefficaces lorsqu'il s'agit de faire des choses basiques, comme par exemple éviter de percuter le véhicule qui vous précède avec votre voiture. Cela semble être un problème simple, pour lequel on n'a même pas besoin de lidar », explique le jeune chef d'entreprise. En réalité, c'est beaucoup plus compliqué. « C'est un problème non résolu de même comprendre ce qui se passe autour de soi et de s'arrêter en toute sécurité ».

Austin Russell n'a pas perdu confiance, en se basant bien sûr sur la technique qu'il promeut. Les constructeurs travaillent désormais de plus en plus sur des systèmes utilisables en masse - et repoussent pour cela l'horizon de planification. Il cite Nissan en exemple : « Nissan a dit qu'il voulait être en mesure de standardiser ce type de technologie dans chaque véhicule qu'il construit d'ici la fin de la décennie ».

Le chef de Luminar prend avec légèreté la position du patron de Tesla, Elon Musk, selon laquelle le lidar est inutile pour la conduite autonome (Tesla se contente de la reconnaissance optique, c'est-à-dire des caméras, la rédaction). « En fait, il ne fait qu'attirer l'attention sur ce qui est important. Musk s'exprime ainsi uniquement parce qu'il en est vraiment conscient ».

 

Source : https://techcrunch.com/2022/05/20/luminars-austin-russell-we-probably-shouldnt-have-existed-but-lidar-will-drive-next-gen-safety-anyway/?guccounter=1

Ajouter un commentaire
Quelle est la somme de 9 et 6 ?