En juin 2022, Stefan Memaj a terminé avec succès son apprentissage de trois ans en tant que mécanicien en maintenance d'automobiles chez Scania Suisse SA à Murgenthal. Mais avant d'en arriver là, il a dû, en plus d'étudier et de passer des examens, choisir un travail d'approfondissement, le présenter, puis le mettre en œuvre.

Partager cet article :

Stefan Memaj a commencé sa formation de mécanicien en maintenance d'automobiles chez Scania Suisse SA à Murgenthal il y a trois ans et l'a terminée avec succès avant les vacances d'été. Alors qu'auparavant, il suffisait de passer divers examens pour obtenir le diplôme, les futurs professionnels doivent depuis un certain temps présenter un travail d'approfondissement au cours de leur dernière année d'apprentissage.

Il s'agit tout d'abord de définir un thème ou un projet, de l'élaborer en détail et de le valider ensuite avec l'enseignant responsable. Ce n'est qu'après avoir reçu l'autorisation de ce dernier que l'on peut se lancer dans la réalisation du travail personnel d'approfondissement. Normalement, un tel travail doit toujours être réalisé seul, mais Stefan Memaj et son camarade de classe Rico Gröschel ont tenté l'expérience et ont demandé à l'école de pouvoir réaliser le travail d'approfondissement ensemble. Après un examen approfondi et un doublement de l'ensemble de la présentation finale, ils ont reçu le feu vert pour construire leur « Shopping Race Kart » personnel.

Ensuite, fini la théorie, place au savoir-faire et à une grande créativité. Grâce au soutien généreux de l'entreprise formatrice de Rico Gröschel, ERNE Bauunternehmung à Laufenburg, ils ont pu utiliser une zone d'atelier dégagée à cet effet pendant toute la durée du projet, ce qui constituait un grand soulagement. Une première idée de motoriser un petit tabouret d'atelier a rapidement dû être abandonnée, car il était tout simplement trop petit. C'est ainsi qu'est ils ont eu l'idée de demander à la MIGROS s'ils pouvaient mettre à disposition deux chariots anciens ou hors d'usage pour la réalisation de leur travail d'approfondissement. Ils n'ont pas dû attendre longtemps le signal positif de la centrale MIGROS, et que les deux adolescents, munis d'une lettre, ont pu prendre deux chariots dans le magasin MIGROS le plus proche.

Mais il leur fallait aussi un châssis, des roues et bien sûr un moteur en état de marche. Tout cela n'était pas facile à trouver ... et une fois trouvée une solution, le prix demandé était trop élevé. Mais il n'était pas question de baisser les bras, et certains composants ont même pu être achetés à l'étranger. Les deux futurs professionnels ont alors pu mettre en pratique ce qu'ils avaient appris lors de leur formation de mécanicien en maintenance d'automobiles. Les chariots ont dû être découpés et réassemblés. Pour cela, il a fallu effectuer des travaux de soudure et fabriquer de nouveaux supports. Il s'agissait d'adapter et de monter le moteur de scooter Gilera et toutes ses pièces sur le « Shopping Race Kart ». C'est là qu'ils se sont rendu compte que ce qui paraissait très simple sur le papier était une expérience très intéressante dans la pratique.

Puis, après plus de 130 heures de travail intensif, le moment était venu et la propre création était terminée et prête à rouler. Un dernier test la veille de la présentation et, horreur, le véhicule ne voulait tout à coup plus rouler. Heureusement, il y avait encore une nuit entre les deux et c'est donc vers 1h30 du matin que le moteur a été remis en marche. C'est avec une grande nervosité qu'ils se sont rendus le lendemain matin à l'école pour présenter leur travail d'approfondissement dans la cour de récréation fermée à cet effet. Pour les autres élèves, cela signifiait une pause supplémentaire, car le bruit assourdissant du « Shopping Race Kart » ne permettait plus de suivre un cours normal. Quelques tours de démonstration ont ainsi été effectués sur la place de l'école et la fonctionnalité de la construction a été prouvée.

Le soulagement était grand de voir que la démonstration pratique s'était déroulée sans problème, alors que la veille, tout ne semblait pas si rose. La joie a été encore plus grande à l'annonce de la note, le travail ayant été récompensé de la note maximale 6. Les nombreuses heures intensives ont donc vite été oubliées et l’on a déjà discuté les premiers points d'amélioration. Si le temps le permet, Stefan et Rico aimeraient continuer à optimiser le projet après les examens de fin d'apprentissage, voire installer un moteur plus puissant afin de présenter le véhicule au public dans des endroits très fréquentés.

Seule petite ombre au tableau, on ne peut et ne pourra jamais participer à des courses avec le « Shopping Race Kart »; il ne répond à aucun règlement et la sécurité pour le conducteur et les autres coureurs n'est pas non plus garantie.

Mais on peut dire avec certitude que le processus d'apprentissage pour ce travail d'approfondissement ne sera pas oublié de sitôt !

Scania Suisse SA félicite chaleureusement les deux anciens apprentis pour leur excellent travail d'approfondissement, qui leur a valu la note maximale de 6.0, et leur souhaite bonne chance, beaucoup de plaisir et de satisfaction dans leur carrière professionnelle.

Ajouter un commentaire
Veuillez calculer 7 plus 3.