Continental a développé une électronique dite de choc qui détecte lorsque la batterie de traction est endommagée autour du plancher du véhicule.

Partager cet article :

Normalement, la batterie lithium-ion d'une voiture électrique est placée sous le plancher, où son poids contribue à abaisser le centre de gravité et où elle est bien protégée par la structure du véhicule - à deux exceptions près : à grande vitesse, des objets tels que des sangles peuvent être soulevés et endommager le soubassement. À faible vitesse, le contact avec le sol lors d'une manœuvre de stationnement peut également causer des dommages, ou encore en cas de bosses ou de rampes et d'arêtes.

C'est pourquoi les véhicules électriques sont équipés d'un grand couvercle, souvent lourd, qui protège le compartiment de la batterie par le dessous. Mais en cas de choc, c'est au conducteur ou à la conductrice de décider si le véhicule doit être contrôlé par un atelier. « Ce n'est pas une situation satisfaisante, car la visibilité sous la voiture est mauvaise et il faut un œil exercé pour évaluer les dommages réels », explique Johannes Clemm, directeur de Continental Safety Engineering International à Alzenau.

Une légère protection du soubassement suffit

Pour remédier à cette situation et permettre une protection légère du soubassement, Continental a mis au point un système de détection des chocs de batterie basé sur un capteur de pression.

Ce système détecte et classifie les impacts ou les intrusions sous le plancher afin d'avertir le conducteur ou la conductrice si l'intégrité de la batterie a pu être atteinte. De cette manière, le propriétaire de la voiture peut prendre des mesures de précaution avant qu'une batterie défectueuse ne s'enflamme. « En outre, la détection de choc de la batterie identifie la zone de dommage, de sorte que la gestion de la batterie peut vider les cellules dans cette zone afin d'éviter tout risque d'incendie », ajoute Clemm.

La détection des chocs de batterie couvre deux risques de collision typiques : Le premier est le contact avec le sol à faible vitesse, par exemple lors d'une manœuvre de stationnement, lorsque le véhicule roule lentement sur un trottoir et touche le sol. Lors d'un tel événement, le signal du système pourrait également être utilisé pour déclencher un système d'amortissement actif à action rapide, ce qui augmenterait temporairement la garde au sol et réduirait les dommages.

Chute de pierres par le bas

L'autre cas d'application est un dommage à grande vitesse qui peut être causé par des objets lourds soulevés sur la route, comme des pierres ou des sangles d’arrimage. Compte tenu de la vitesse et de l'impact, ce type d'objet peut endommager le soubassement et éventuellement même traverser la structure de la batterie.

Ajouter un commentaire
Veuillez calculer 8 plus 8.