Bosch se lance dans le développement de composants (appelés stacks) pour les électrolyseurs. D'ici 2030, l'entreprise compte investir plus de 500 millions d'euros.

Partager cet article :

Bosch veut participer au développement de composants pour les électrolyseurs. Selon un rapport du portail en ligne français H2-mobile, l'accent est notamment mis sur le développement d'éléments clés des électrolyseurs, appelés stacks : ces derniers, composés de plusieurs centaines de cellules individuelles connectées en série, permettent d'obtenir de l'hydrogène à partir de l'eau. La réaction chimique est facilitée par une membrane échangeuse de protons (PEM). Bosch collabore avec plusieurs partenaires pour le développement d'un module correspondant.

« La protection du climat ne peut pas attendre », déclare Stefan Hartung, directeur général de Robert Bosch GmbH. On veut « soutenir la mise en place rapide d'une production d'hydrogène en Europe avec la technologie Bosch ».

Outre une véritable préoccupation environnementale, le fait que, selon l'Union européenne, la demande en hydrogène devrait atteindre dix millions de tonnes par an d'ici 2030 et que le marché mondial représentera environ 14 milliards d'euros au cours de la même période, ne devrait pas être étranger à l'intérêt de Bosch, selon le portail en ligne H2-mobile.

Face à la diversification de l'approvisionnement énergétique et à l'abandon des combustibles fossiles, Bosch court le risque de voir disparaître une part importante de son activité avec la fabrication de pompes à injection diesel.

Ajouter un commentaire
Quelle est la somme de 1 et 6 ?