Retour

Filtre à particules de poussière de frein prêt pour la production en série

Parce que l'e-mobilité prévaudra à moyen terme et que les moteurs à combustion modernes n'émettent les polluants classiques qu'à doses homéopathiques, les particules fines deviennent le centre d'attention de la législation. Un fabricant allemand se concentre sur les freins.

Texte : mmCH.online Photo : Mann + Hummel

Parfois, cela ne prend pas plus de temps qu'annoncé : début 2019, le spécialiste allemand des systèmes de filtration Mann + Hummel a annoncé qu'il serait en mesure de proposer un filtre à particules de poussière de frein prêt pour la production en série dans deux à trois ans. Aujourd'hui, après deux ans et demi, le moment est apparemment venu.

Alors que les autres types d'émissions sont de mieux en mieux maîtrisés sur le plan technique, les particules fines, qui sont également nocives pour la santé (les microparticules pénètrent dans les voies respiratoires et endommagent les poumons), font l'objet d'une attention croissante.

Abrasion – et peu en provenance de l’échappement

Les particules fines, qui sont principalement causées par la friction mécanique, n'est pas principalement un problème des moteurs. Selon les données de la Commission européenne, 12 % des particules fines issues du trafic routier proviennent des gaz d'échappement (réduit grâce à l'introduction de filtres à particules), 28 % de l'usure des pneus, 33 % de l'abrasion des chaussées et 27 % des freins. Par conséquent, l'industrie automobile part du principe que la future norme Euro7 sur les émissions de gaz d'échappement rendra les filtres pour la poussière de frein obligatoires.

Cela signifie également que les voitures électriques émettent des particules dans une mesure similaire à celle des voitures à moteur à combustion - bien que les freins soient moins utilisés dans la plupart des voitures électriques en raison de la décélération provoquée par la récupération.

Le filtre à particules de poussière de frein de Mann + Hummel se trouve dans un boîtier qui entoure l'étrier de frein et capture ainsi les particules produites lors du freinage. Les développeurs utilisent des nattes en fibre métallique comme support de filtration. Ils sont résistants à la corrosion et supportent les températures élevées qui peuvent se produire au niveau du frein.

Pour voitures et camions

Selon la société, le nouveau développement s'adapte à tout espace de montage existant et peut être adapté à la taille et au concept du frein. Mann + Hummel vise comme clients les constructeurs de voitures, de bus et de camions. Dans une vidéo, le fabricant suppose un intervalle d'entretien de 20 000 km pour les voitures de tourisme (remplacement du matériau filtrant).

L'entreprise de Ludwigsburg, en Allemagne, qui emploie 22 000 personnes dans le monde, est également active dans d'autres domaines de la filtration de l'air. Par exemple, les premiers prototypes d'un système de filtrage installé sur des bus ou des camions sont sur la route. Ils sont destinés à assainir activement l'air ambiant des agglomérations, tant en ce qui concerne les particules fines que les émissions de gaz d'échappement. La technologie doit être développée jusqu'à la maturité de série cette année. La Commission européenne fournit des fonds à cet effet. Selon le journal « Tagesspiegel », la Commission européenne subventionne à hauteur de 1,5 million d'euros une étude de faisabilité de deux ans sur la technologie des filtres réalisée par Mann + Hummel.

 

Source : Ein Mantel für die Bremse (faz.net)

Ajouter un commentaire

Veuillez calculer 2 plus 6.