Après le recul enregistré durant la pandémie, le trafic et les embouteillages ont fortement augmenté sur les routes nationales. Parallèlement, les réserves du fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) ont continué d’augmenter, notamment sous l’effet des investissements insuffisants réalisés dans les projets d’élimination des goulets d’étranglement au cours des dernières années. C'est ce qui ressort du vademecum 2023 de route suisse.

Partager cet article :

En 2021, le transport individuel motorisé (TIM) représentait près de 98 milliards de personnes-kilomètres, soit environ 5% de moins qu’avant la pandémie. Durant la même période, le transport routier est quant à lui resté relativement stable, avec plus de 17 milliards de tonnes-kilomètres effectué grâce à la route. Dans le même temps, les embouteillages sur les routes nationales ont atteint 32'481 heures, soit un nouveau record. « Ces chiffres témoignent à la fois de la résilience et de l’importance du réseau routier national pour le bon fonctionnement du pays », explique Olivier Fantino, directeur de route suisse. « Il est néanmoins urgent d’éliminer les goulets d’étranglement sur les routes nationales, afin d’éviter une hausse du risque d’accidents et un report du trafic sur le réseau cantonal ou communal ».

route suisse critique les investissements insuffisants

Bien que les investissements en faveur des projets d’élimination des goulets d’étranglement aient augmenté par rapport aux années précédentes, ceux-ci demeuraient relativement faibles (CHF 108 millions en 2021). Ainsi, les réserves du FORTA ont continué d’augmenter, s’établissant à près de 3,7 milliards de francs au 1er janvier 2022. Ces moyens sont destinés notamment à l’élimination des embouteillages et à l’achèvement du réseau autoroutier. Olivier Fantino estime que « la Confédération dispose de moyens financiers importants qui ont déjà été comptabilisés dans le cadre du frein à l’endettement ; il s’agit d’augmenter les volumes d’investissement pour la période 2023-2027 afin d’éliminer les plus graves problèmes de surcharge à l’horizon 2035-2040. »

Après déduction des mesures de compensation obligatoires, le trafic routier privé a émis environ 12,6 millions de tonnes de CO2 au cours de l’année 2021, soit une diminution d’environ 100'000 tonnes de gaz à effet de serre par rapport à l’année 2020, qui a été marquée par la pandémie. Au niveau des nouvelles immatriculations, les émissions moyennes ont atteint 123 g / km d’après les estimations de route suisse (selon le nouveau processus de mesure « WLTP », introduit en 2021), ce qui correspond à une diminution d’exactement 50% des émissions par rapport aux véhicules immatriculés en 2000. Olivier Fantino relève que « les efforts du secteur routier pour diminuer ses émissions de CO2 sont récompensés : malgré la forte reprise du trafic, nous avons réussi à diminuer légèrement nos émissions, ceci grâce aux mesures de compensation et aux véhicules neufs plus efficients ».

 

Le vademecum 2023 de route suisse est accessible en ligne à l’adresse www.routesuisse.ch et il peut être commandé gratuitement à l’adresse e-mail info@routesuisse.ch (max. 10'000 exemplaires par commande).

Ajouter un commentaire
Veuillez additionner 5 et 1.