Électrifier les véhicules utilitaires lourds et les utiliser au quotidien est une chose. L'énergie nécessaire à cet effet, avec l'infrastructure de recharge correspondante, en est une autre. Ce qui prend des années, voire des décennies, à la politique est planifié, réalisé et mis en service en quelques mois par Käppeli Logistik AG en étroite collaboration avec Scania Suisse SA.

Partager cet article :

En automne 2020, Scania CV AB a présenté pour la première fois sa future stratégie Battery Electric Vehicle (BEV), qui a été développée pour le trafic urbain avec des capacités de batterie de 290 kW et des autonomies de 220 à 300 km. Quelques mois plus tard, des clients suisses ont pu tester trois concepts de véhicules différents sous toutes les coutures et découvrir, lors de leurs propres tournées de livraison, que l'électromobilité était déjà bien avancée chez Scania et qu'elle pouvait déjà être mise en œuvre en de nombreux endroits.

En juin 2022, Scania a déjà présenté la prochaine étape vers une mobilité électrique encore plus performante. La nouvelle série de modèles offre des capacités de batterie de 624 kWh et est disponible en combinaison avec les cabines R et S. La nouvelle puissance de charge peut atteindre 375 kWh, ce qui signifie qu'une heure de charge permet en général de parcourir 270 à 300 km supplémentaires. Par exemple, un tracteur routier 4x2 équipé de six batteries peut parcourir jusqu'à 350 km à une vitesse moyenne de 80 km/h avec une charge complète de la batterie, soit 400 km pour une mission de transport moyenne en Suisse.

Mike Ritter, directeur de Käppeli Logistik AG à Sargans, a compris très tôt que la mobilité électrique ne serait pas réservée aux voitures particulières, mais que les véhicules utilitaires lourds seraient eux aussi, tôt ou tard, entièrement électriques. C'est pourquoi, à partir de 2021, la société a vérifié lors de chaque nouvelle acquisition quels véhicules utilitaires pouvaient être équipés d'une propulsion purement électrique et pour quels véhicules cela ne serait pas encore rentable. Ainsi, chaque offre a été minutieusement examinée et les véhicules d'essai disponibles ont été soumis à un premier test d'utilisation et de résistance afin de pouvoir se faire une idée des véhicules à batterie actuellement disponibles sur le marché. C'est sur la base de ces expériences que les premiers véhicules électriques à batterie ont été commandés et mis en service dans le parc automobile de l'entreprise. Le choix s'est porté sur une capacité de batterie aussi faible que possible. D'une part, pour assurer la durabilité et, d'autre part, pour pouvoir exploiter les limites de l'utilisation dans le transport régional par bennes basculantes.

Afin d'éviter toute surprise lors de l'utilisation des premiers véhicules utilitaires BEV, leur exploitation a été entamée avec prudence. Jour après jour, ils ont été utilisés de manière plus intensive et sur des distances de plus en plus longues. Pour ce faire, une infrastructure de recharge électrique provisoire a dû être installée dans le dépôt de l'entreprise, avec son propre transformateur, afin de garantir un approvisionnement en énergie suffisant à tout moment. Plus le rayon d'action des véhicules s'étendait, plus les responsables de Käppeli Logistik AG ont pris conscience que le véritable défi ne résidait pas dans la disponibilité des camions électriques, mais dans le fait que les véhicules BEV devaient disposer à tout moment de suffisamment d'énergie, qu'elles que soient la zone d'intervention et les distances parcourues.

Mike Ritter n'y a pas vu qu'un défi, mais plutôt une opportunité. Käppeli Logistik a rapidement eu l'idée de planifier et de mettre en place la première infrastructure publique de recharge de camions électriques en Suisse. En effet, à quoi sert un camion électrique si l'infrastructure de recharge et l'énergie nécessaires ne sont pas disponibles. Mike Ritter a vite compris qu'il fallait attendre trop longtemps pour que la politique planifie, mette en route et réalise un tel projet. Il a donc discuté avec les fournisseurs de véhicules BEV existants pour rechercher des solutions. Il a trouvé une oreille attentive chez Scania Suisse SA et, lors de discussions communes, il a cherché des possibilités d'acquérir sa propre infrastructure de recharge et de réaliser un premier parc public de recharge pour camions électriques.

Afin de tirer le meilleur parti de ce projet et de ne pas partir de zéro, il s'est rendu à l'usine Scania de Södertälje pour profiter du savoir-faire de la maison mère Scania et effectuer les premiers essais avec un Scania BEV 3.0 de pré-série pour le transport national longue distance d'un poids total de 60 tonnes. Pour couronner le tout, il a visité le premier parc de recharge électrique réalisé en Suède, dans la région de Malmö, afin de pouvoir ramener en Suisse d'autres idées et inspirations pour le propre projet de parc de recharge de camions électriques. Parallèlement, la planification, les autorisations de construire et les premiers travaux de construction d'une nouvelle station de recharge ont déjà commencé.

De retour de Suède, il a continué à adapter aux propres besoins ce qu'il avait vu et entendu et à franchir d'autres étapes pour la réalisation et l'autorisation officielle d'un propre parc public de recharge de camions électriques. Là encore, il s'est rapidement avéré que le secteur des véhicules utilitaires avait fait ses devoirs au cours des derniers mois et des dernières années, mais qu'il était confronté à un nouveau défi au niveau de la capacité de livraison d'infrastructures de recharge nécessaires et des puissances de raccordement au réseau électrique existant. Des délais de livraison de plusieurs mois sont actuellement normaux pour les infrastructures de recharge, et il faut compter jusqu'à 18 mois pour la livraison de l'électronique de puissance ou même des stations de transformation.

C'est avec une grande joie que fin avril 2023, le premier coup de pioche symbolique a été donné pour le nouveau parc de recharge pour camions électriques de l'entreprise Käppeli Logistik AG et de Scania Suisse SA. Les premiers véhicules à batterie pourront bientôt s'approvisionner en énergie avec une vitesse de recharge maximale à Sargans.

Ajouter un commentaire
Veuillez calculer 8 plus 2.