Linda Jackson, CEO de Peugeot, regrette certes le cours motivé « idéologiquement » en faveur des véhicules électriques à batterie, mais s'y soumet avec une stratégie E forcée. Comme le patron du groupe Tavares, elle met en garde contre l'offensive chinoise.

Partager cet article :

L’exposition « Auto Zürich » pour l'instant a beau être considéré comme un salon automobile régional, il a tout de même attiré des célébrités l'année passée. Ainsi, la directrice de Peugeot Linda Jackson a rencontré des représentants de marques et des journalistes locaux. Et elle s'est montrée étonnamment ouverte à plus d'un titre.

Comme l'a rapporté la Revue Automobile, Mme Jackson s'est montrée critique à l'égard de la voie européenne forcée de la décarbonisation : « Si nous avions eu le choix de la manière dont nous voulions atteindre les objectifs en matière de CO2, je ne pense pas que nous aurions choisi l'électricité, car elle est très chère », a déclaré Mme Jackson. Le diesel, par exemple, n'aurait pas presque disparu comme il le fait actuellement. « Mais les politiciens ont suivi une idéologie et ont décidé que l'électrification était la bonne voie ».

S'en tenir aux règles...

Toutefois, cette bataille a été menée entre-temps, un travail de lobbying supplémentaire ne sert plus à rien dans ce domaine. « Tout ce que nous pouvons faire en tant que constructeur, c'est respecter les règles ». C'est d'ailleurs ce que fait Peugeot, « d'ici 2025, il y aura une variante entièrement électrique de chacun de nos modèles ». Elle n'attend plus forcément de la politique des incitations à l'achat, mais des investissements dans le réseau de recharge.

Des Chinois forts

Comme son chef, le patron de Stellantis Carlos Tavares, elle met en garde contre la concurrence chinoise. Du point de vue des produits, les progrès réalisés ces dernières années sont remarquables, selon lui. « Quand nous regardons leurs produits aujourd'hui, nous disons 'waouh'. Le niveau de connectivité de ces voitures est fantastique, l'autonomie électrique est bonne. Les offres sont vraiment compétitives », a déclaré la Britannique à la Revue Automobile.

Comme Tavares, Linda Jackson appelle les décideurs politiques européens à veiller à l'égalité des chances, au moins en ce qui concerne les droits de douane et l'accès au marché. Elle ne trouve pas acceptable que les Etats-Unis et la Chine ferment leurs marchés tout en profitant de l'ouverture des portes européennes.

Ajouter un commentaire
Quelle est la somme de 7 et 1 ?