Le centre de contrôle du trafic lourd (CCTL) de Giornico a été officiellement mis en service. Situé sur le site industriel des anciennes aciéries de Monteforno, le nouveau CCTL vient s’ajouter à celui de Ripshausen (UR) et constitue l’un des treize centres de compétence prévus sur le territoire suisse par la Confédération en vue d’une gestion efficace du trafic lourd transalpin.

Partager cet article :

Les débuts du processus de planification remontent à 2003. Le Département du territoire du canton du Tessin avait alors élaboré les bases du projet, définissant les dimensions et le fonctionnement du centre dans une étude de variantes. Dans le cadre du transfert de la propriété des routes nationales des cantons à la Confédération opéré en 2008, le projet a ensuite été repris, adapté et publié par l’OFROU. Il a été approuvé définitivement par le DETEC en 2013. Enfin, les travaux de construction ont démarré en 2018, après l’assainissement du site.

Centre de contrôle du trafic lourd (CCTL) à Giornico

Le nouveau CCTL occupe une surface de quelque 170 000 m2 entre les localités de Giornico et de Bodio, un emplacement stratégique pour la réalisation des contrôles des poids lourds puisqu’il se trouve en aval de la rampe qui monte jusqu’au tunnel du Gothard. Il est relié à l’autoroute A2 par la nouvelle jonction de Giornico-Bodio, mise en service aujourd’hui. Son édifice principal, le bâtiment 1, abrite notamment des bureaux, des salles de conférence, des locaux techniques et des dépôts, de même que des surfaces pour les activités administratives, le poste de péage pour les chauffeurs poids lourds et des installations sanitaires à leur intention. Lorsqu’ils arrivent, tous les véhicules passent sous un grand portail et font l’objet d’un premier tri à des cabines, où les opérateurs décident, sur la base des résultats du contrôle du poids et de la hauteur, si les véhicules peuvent reprendre l’autoroute directement ou s’ils doivent être soumis à un examen plus approfondi.
Le bâtiment 2 comporte un pavillon qui abrite un atelier entièrement équipé pour les contrôles techniques (freins, gaz d’échappement, feux, etc.). On y trouve aussi les postes de travail et les locaux affectés au personnel chargé des contrôles.
Le bâtiment 3, enfin, accueille les véhicules devant être arrêtés pour une période prolongée, dont le chargement doit être saisi ou qui doivent eux-mêmes être réquisitionnés.
En attendant la réalisation de l’aire multiservices, le CCTL offre aussi des possibilités de ravitaillement modernes pour les véhicules légers ou lourds, grâce à ses diverses stations de recharge électrique, en gaz naturel et en hydrogène.
Il convient de souligner que les trois bâtiments ont récemment obtenu le label « Minergie ».

Optimisation de la gestion du trafic

Le système de régulation du trafic mis en place permettra de gérer les flux de poids lourds en direction du nord, améliorant sensiblement la situation actuelle du point de vue logistique, sécuritaire et environnemental. La gestion du trafic en direction du sud sera également possible dans des cas exceptionnels (pannes, chutes de neige, fermetures douanières, etc.). Le CCTL aura aussi l’avantage de comporter une aire de stationnement de nuit et une aire d’attente pour les camions.

Autres réalisations

Le projet ne s’est pas limité à la construction du nouveau centre de contrôle. Il a en effet permis toute une série d’autres réalisations : nouvelle jonction autoroutière de Giornico-Bodio, nouveaux tracés routiers, ponts, passages souterrains, nouveau rond-point, nouvelle piste cyclable, installation de traitement des eaux provenant de l’autoroute.

Retombées positives

La nouvelle structure aura aussi des effets bénéfiques sur l’économie, notamment grâce à l’emploi de 50 nouveaux assistants de police spécialement formés dans le domaine de la sécurité routière et à la possible relance de la zone industrielle en lien avec la création de la jonction autoroutière de Giornico-Bodio. Cette dernière profitera à toute la région tout en déchargeant la route cantonale du trafic lourd.
Le CCTL permettra par ailleurs de ménager l’environnement, étant donné que les poids lourds ne devront plus stationner le long de l’autoroute avec le moteur en marche, en particulier en hiver.

Ajouter un commentaire
Veuillez additionner 4 et 8.