Retour

Limitation de vitesse en Allemagne - l'élection décide

Le libre choix de la vitesse sur les autoroutes allemandes risque de prendre fin si les partis SPD, Verts et Gauche trouvent une majorité gouvernementale lors des élections fédérales de ce week-end.

Texte : mmCH.online Photo : ETSC

Lorsque les Allemands rééliront leur parlement ce week-end et décideront ainsi de la composition du futur gouvernement Après-Merkel, ils décideront également du sort de la limitation de la vitesse sur les autoroutes. Alors que les partis bourgeois rejettent toujours une limitation générale de la vitesse, le SPD ainsi que les Verts et la Gauche (die Linke) se sont prononcés en sa faveur pendant la campagne électorale. Et justement, un gouvernement rouge-vert-rouge n'est pas la variante la moins probable d'une future coalition. À moins que la CDU et son candidat pour la chancellerie, Armin Laschet, ne fassent mieux que ce que suggèrent les sondages.

Aujourd'hui, environ deux tiers du réseau autoroutier allemand sont toujours dépourvus de limitation de vitesse - il n'existe pas de statistiques exactes, comme le magazine spécialisé Auto Motor & Sport a été surpris de le découvrir lors d'une recherche.

Les avis divergent quant à l'effet d'une limitation générale de la vitesse. La CDU et le FDP y voient plutôt une politique symbolique inefficace. Rouge-Vert plaide pour la sécurité routière et la réduction du CO2.

2 % plus rapide que 160

Une chose est claire : même sur les tronçons à faible trafic et libre de limitations, seule une minorité roule vite. Selon une étude réalisée par l'Institut de l'économie allemande (IW) dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, 77 % des personnes conduisent à une vitesse inférieure à la vitesse indicative de 130 km/h. Sur 1,2 milliard de déplacements évalués, seuls 2 % roulaient à plus de 160 km/h.

Comme en Suisse, les routes où la vitesse est la plus élevée sont aussi les plus sûres. En Allemagne, la proportion d'accidents mortels sur les autoroutes n'était que de 12 % - malgré le kilométrage élevé sur ces routes.

Et comme relativement peu d'automobilistes profitent des possibilités de la « conduite libre », l'effet sur la consommation risque également d'être limité. Les études tablent sur une réduction de deux à trois millions de tonnes de CO2, sur un total de 160 millions de tonnes émises par le trafic routier allemand.

Ajouter un commentaire

Veuillez calculer 8 plus 7.