La branche suisse des transports suit avec succès de nouvelles voies, comme on a pu le constater lors de l’«AS-TAG» la première rencontre de la branche de l’Association suisse des transports routiers. A Thoune, ce sont plus de 500 participants du transport et de la logistique qui ont échangé sur le thème « Perspectives ».

Partager cet article :

Le transport et la logistique, que ce soit par la route ou par le rail, sont d’une importance capitale pour la sécurité de l’approvisionnement du pays. En temps normal comme en période de crise, il s’agit d’acheminer à tout moment à destination les biens et les marchandises, et ce de manière fiable, sûre et respectueuse de l’environnement. Or, les conditions-cadres sont actuellement difficiles : crise énergétique, pénurie de main-d’œuvre qualifiée, incertitudes conjoncturelles et réglementations étatiques mettent la branche sous pression. Il est donc d’autant plus important de relever ensemble les nombreux défis.

L’Association suisse des transports routiers ASTAG s’efforce depuis fort longtemps et avec succès de renforcer la collaboration et les échanges entre l’économie, la politique et la science. Le dernier exemple en date est la journée organisée pour l’ensemble de la branche et appelée « AS-TAG ». Plus de 500 personnes ont participé à cette première qui s’est tenue ce jour au Centre de la culture et des congrès de Thoune. Sous le titre « Perspectives », de nombreux exposés ont clairement montré que le transport et la logistique se trouvent actuellement dans une phase de mutation fondamentale – malgré un environnement exigeant. Des véhicules utilitaires à faibles émissions ou à émission zéro et à propulsions alternatives (électricité, hydrogène, biogaz) contribueront de plus en plus à la décarbonisation du transport routier ces prochaines années. Grâce à des concepts innovants, on peut également s’attendre à ce que le transport de marchandises fonctionne de manière durable dans les espaces urbains. La branche a des « perspectives » et elle offre des emplois attrayants et des possibilités de carrière variées – pour les professionnels existants, pour la génération Z et pour les personnes désirant se reconvertir.

L’innovation et la technologie au lieu d’interdictions

Dans son discours d’ouverture, le président central de l’ASTAG et conseiller aux Etats Thierry Burkart a souligné l’importance systémique du transport routier. « Notre économie et la société sont tributaires d’un transport de marchandises et de personnes performant et fiable ! » et il en déduit que les erreurs de la politique énergétique ne doivent pas être répétées dans la politique des transports : « Les interdictions et les restrictions ne servent à rien », a souligné Thierry Burkart : « Nous devons miser sur l’innovation, sur l’ouverture technologique et sur une infrastructure performante ! »

L’exposé de Vincent Ducrot, CEO des CFF, sur « la mobilité de l’avenir – route & rail » a ensuite été un moment particulièrement fort. « La branche des transports sur rail et sur route est largement confrontée aux mêmes défis et je suis très heureux que nous puissions de plus en plus les aborder et les résoudre ensemble » a souligné Vincent Ducrot. La route et le rail ont besoin à l’avenir de conditions-cadres optimales pour garantir la sécurité de l’approvisionnement de la Suisse.

Après la pause de midi, l’ancienne gymnaste Ariella Kaeslin a expliqué qu’il existe tout à fait des points communs entre le sport de haut niveau et la branche des transports.

Table ronde sur la décarbonisation

D’autres exposés et ateliers de l’« AS-TAG » ont porté sur des thèmes spécifiques comme l’infrastructure de recharge pour les véhicules électriques, sur la nouvelle réglementation de la TVA prévue pour les autocaristes suisses en Allemagne, sur la création d’emplois ménageant les travailleurs ou sur l’introduction d’un nouvel appareil de saisie pour la RPLP à partir de 2024.   

Cette manifestation très réussie s’est terminée par une table ronde sur le passage du transport de marchandises à des sources d’énergie exemptes de CO2, qui a réuni, outre Thierry Burkart, les conseillers nationaux Albert Rösti (UDC) et Martin Candinas (Le Centre), ainsi que la conseillère nationale Florence Brenzikofer (Les Verts). Les personnes présentes étaient d’accord pour dire que la décarbonisation progresse, mais que quelques efforts sont tout de même nécessaires : « La branche des transports fait tout son possible en faveur de l’environnement et du climat » a résumé Thierry Burkart.

Ajouter un commentaire
Veuillez additionner 2 et 2.