Lorsqu'une voiture se déplace sans personne au volant, les passants scrutent les environs pour savoir qui la conduit. C'est ce qu'a montré un essai sur le terrain, tout comme le constat que les connaissances sur la conduite autonome sont encore peu répandues.

Partager cet article :

Au printemps 2022 et en collaboration avec EBP et Mobilité piétonne Suisse, l'Empa a mené une recherche dans la commune de Thalwil (ZH) pour savoir comment les piétons réagissent aux véhicules automatisés. L'assistant de stationnement automatisé utilisé à cet effet est le premier système autorisé en Suisse qui déplace le véhicule sans qu'une personne doive se trouver à bord. Les résultats de ce projet de recherche cofinancé par la Fondation d'AXA pour la prévention peuvent constituer une base pour des mesures de prévention et des principes d'aménagement pour des espaces routiers viables.

Voituires autonomes : Qui a la « télécommande » ?

La conduite automatisée marquera le quotidien de la mobilité urbaine de demain. De nombreuses questions restent toutefois ouvertes. Le projet de recherche « Piétons et conduite automatisée » fournit les premières réponses et ouvre le débat, important pour l'avenir, sur l'interaction entre les véhicules automatisés et les passants.

Dans la première phase du projet, des études de terrain ont permis de déterminer, lors de deux journées d'essai à Thalwil, comment les piétons réagissent à un véhicule automatisé dans des situations réelles. Pour ce faire, des situations de stationnement ont été réalisées avec un véhicule équipé d'un assistant de stationnement. Les experts de l'Empa apportent à cet essai pilote sociologique leur savoir-faire en matière de technique automobile.

La responsable du projet Bettina Zahnd de EBP Suisse était présente lors des études sur le terrain : « Nous avons constaté dès le premier jour que de nombreuses personnes réagissent au véhicule sans conducteur et cherchent à établir un contact visuel avec une personne qui a la maîtrise de la voiture ». Cette constatation a été confirmée lors des interviews : Près de 70% des personnes interrogées ont remarqué qu’il s’agissait d’une voiture sans conducteur, et 60% ont vu la personne responsable ou l'ont activement recherchée.

Plus c'est jeune, plus c'est évident

Les réactions des passants ont été différentes selon leur âge. Ainsi, les plus âgés cherchaient plus souvent que les plus jeunes où se trouvait la personne responsable. De même, ils manifestaient davantage de craintes envers cette nouvelle technologie, tandis que les plus jeunes, peu impressionnés, estimaient qu’elle devait être au point.

Peu informés le thème de la « conduite automatisée »

Les résultats ont fait aussi apparaître un manque d’information : Pour seulement 20% des personnes interrogées, le thème de la « conduite automatisée » n'était pas tout à fait nouveau. De nombreuses personnes ne savent pas encore que certains systèmes sans conducteur sont déjà autorisés en Suisse. L'équipe de projet recommande ici par exemple une campagne d'information comme mesure possible pour sensibiliser le public à ce sujet.

Opinions partagées

Autre point intéressant : le nombre de personnes ayant une attitude neutre ou positive à l'égard des véhicules automatisés est à peu près égal à celui des personnes ayant une attitude négative.

Ajouter un commentaire
Veuillez calculer 4 plus 6.