Malgré la faiblesse actuelle de la conjoncture, le marché des voitures de tourisme neuves en Suisse et dans la principauté du Liechtenstein a augmenté de 10,4 % en avril. Les nouvelles immatriculations se montent à 20'040, contre 18'150 au même mois de l'année précédente, qui était toutefois encore marqué par des difficultés de livraison et une pénurie de pièces. Après le meilleur mois d'avril sur le marché automobile suisse depuis 2021, le nombre cumulé de voitures neuves est revenu dans le positif depuis le début de l'année: les 77'264 premières mises en circulation de voitures de tourisme correspondent à une légère augmentation de 0,4 % comparé au premier trimestre 2023. Avec les propulsions hybrides comme moteur, les entraînements alternatifs continuent de progresser et représentent déjà 57,9 % du marché après quatre mois, malgré la réticence persistante à acheter des voitures électriques.

 

 

Partager cet article :

La répartition par motorisation des voitures de tourisme neuves de janvier à avril peut être décrite assez facilement, dit le porte-parole d'auto-suisse, Christoph Wolnik: «Malgré des pertes, le moteur à essence reste le leader du marché avec près d'un tiers de part de marché, suivi de près par les moteurs hybrides sans prise, qui ont progressé et atteignent également un petit tiers. Les véhicules à prise, dont seuls les hybrides plug-in ont gagné du terrain, présentent un bon quart des nouvelles immatriculations depuis le début de l'année. Les dix pour cent restants sont des diesels.» Ces derniers ont trouvé leur niche et présentent un dixième du marché, poursuit Wolnik: «Nous constatons même une légère hausse des immatriculations de 4 % à la fin du mois d'avril.»

Quant aux voitures électriques, les nouvelles immatriculations font du surplace. Avec 13'603 nouveaux véhicules électriques (-22 ou 0,2 %) et une part de marché de 17,6 % après quatre mois, les chiffres sont même légèrement inférieurs à ceux de la même période de l'année dernière – une situation inhabituelle après des années de croissance constante de la mobilité électrique. «Les Suisses rencontrent beaucoup d'incertitudes lors du choix de la propulsion qui leur convient pour un nouveau véhicule. C'est pourquoi de nombreux clients privés renoncent actuellement complètement à une nouvelle auto et continuent à utiliser leur voiture actuelle. Et chez ceux qui décident d'acheter une auto, les véhicules à moteur thermique ont toujours une longueur d'avance. De même, les hausses de prix sur le marché de l'électricité dominé par des entreprises publiques ne motivent pas l'achat de véhicules à prise», explique Christoph Wolnik.

La loi pour l'électricité, base indispensable de la mobilité électrique

Conformément au «Baromètre de la mobilité» d'auto-suisse de l'an dernier, la pénurie d'électricité constitue un frein à l'achat d'un véhicule électrique. Plus de trois quarts des personnes interrogées ont jugé ce point pertinent pour renoncer à une voiture électrique. «Cela rend un oui à la loi pour l'électricité le 9 juin d'autant plus important», souligne le président d'auto-suisse, Peter Grünenfelder. «La transformation du transport individuel et professionnel vers la mobilité électrique ne se fera pas sans sécurité de l'approvisionnement en électricité.» L'accès facile à l'infrastructure de recharge – à la maison, en route et au travail – ainsi que la sécurité d'approvisionnement en électricité sont essentiels pour la poursuite de l'expansion de la mobilité électrique, affirme Peter Grünenfelder: «La votation sur la loi sur l'électricité le 9 juin posera donc des jalons importants pour faire progresser l'électromobilité et créer les bases de l'électrification des transports.»

Les chiffres en détail répertoriés par marques sont disponibles sous www.auto.swiss. Les évaluations d'auto-suisse se basent sur les enquêtes de la Confédération, les données peuvent être provisoires et non finalisées.

Ajouter un commentaire
Veuillez additionner 2 et 2.