La Suisse fait partie des moteurs d'innovation les plus performants de l'industrie automobile internationale. Le conseiller fédéral Albert Rösti s'en est montré impressionné devant un public record lors de la 18e « Journée des garages suisses » de l'Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA).

 

 

Partager cet article :

Au Kursaal de Berne, le conseiller fédéral Albert Rösti a souligné l'importance de la voiture en tant que moteur de la prospérité de la Suisse. « La voiture a une grande importance et la conservera », a déclaré le chef du Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la Communication DETEC lors de la « Journée des garages suisses » 2024.

Avec plus de 900 participants, la plus grande journée professionnelle de la branche automobile en Suisse a enregistré un record lors de sa 18e édition. La politique énergétique, l'électrification et le manque d'infrastructures sont quelques-uns des mots-clés qui préoccupent les garagistes suisses. L'évolution des conditions-cadres au sein et en dehors de la branche automobile met le métier à l'épreuve, qui les affronte fidèlement à la devise de la conférence « Innovation et garages, une belle rencontre ».

C'est aussi pour cette raison que Thomas Hurter, président central de l'UPSA, a souligné : « Le changement est synonyme de progrès et le progrès naît de l'innovation ; l'innovation est la clé du succès ». Selon lui, en Suisse, un emploi sur huit dépend directement ou indirectement de l'automobile. « La voiture est plus importante que jamais », a déclaré le conseiller national schaffhousois. En 2022, 75 pour cent des personnes-kilomètres étaient effectués par le trafic routier privé motorisé. « Notre branche est plus précieuse pour la Suisse que peu d'autres. Sans nous, rien ne peut avancer ».

La Suisse compte également parmi les principaux innovateurs au niveau international, comme l'a montré Anja Schulze, professeur de gestion de l'innovation à l'université de Zurich. 574 entreprises, constructeurs et sous-traitants de l'industrie automobile suisse, employant 34'000 personnes, réalisent un chiffre d'affaires de 12,3 milliards de francs. Dans ce contexte, le pouvoir de marché mondial connaît actuellement un net déplacement. En 2023, le constructeur chinois BYD a dépassé Tesla, le leader américain des voitures électriques, en termes de voitures électriques. Toutefois, la confiance dans les marques chinoises semble encore faire défaut en Suisse. « Seul un cinquième environ envisage d'acheter une voiture en provenance de Chine », a déclaré Helena Wisbert, directrice au Center for Automotive Research, en citant une enquête menée dans plusieurs pays européens. L'engouement pour les constructeurs chinois est légèrement plus élevé dans le reste de l'Europe. « Les gens voient surtout les avantages de ces voitures dans le rapport qualité-prix ainsi que dans les fonctions numériques et les systèmes d'infodivertissement », a poursuivi Wisbert. La professeure d'automobile avait une comparaison appropriée pour le changement actuel : « La voiture est en train de vivre en une seule fois ce que l'industrie horlogère a vécu à 40 ans d'intervalle avec la montre à quartz et la smartwatch ».

Lors de la « Journée des garages suisses », outre la perspective scientifique, une grande importance est traditionnellement accordée au lien avec la pratique. Ainsi, d'une part, Jonathan Herzog, CCO du groupe Sauber, Duga Hoti, CEO de Flux Mobility AG, et Henning Schröder, Head Group Technology du groupe Aebi Schmidt ont discuté de la manière dont les entreprises de notre pays établissent une culture du succès progressiste et utilisent les tendances et technologies actuelles pour se développer. D'autre part, Mathias Gabler, Managing Director d'Amag, Marcel Guerry, CEO d'Emil Frey Suisse, ainsi que Markus Aegerter, direction de l'UPSA, secteur Représentation de la branche, ont réfléchi aux nouveaux potentiels de revenus dans l'Aftermarket et l'Aftersales.

Gabriel Galliker, CEO du groupe Galliker, a offert un aperçu passionnant de sa propre philosophie d'entreprise. « Créez une culture d'entreprise propre et crédible et ne suivez pas toutes les tendances à court terme », tel est le conseil de Galliker. L'électrification croissante du parc automobile modifie également l'activité des ateliers, comme l'a expliqué Rupert Hoellbacher, président du comité directeur de la division Mobility Aftermarket de Robert Bosch GmbH : « L'utilisation des données des véhicules pour l'entretien préventif va gagner en importance – également pour la gestion d'atelier ». C'est pourquoi la recommandation de ce professionnel de l'atelier sur ce qu'il faut pour que les garages réussissent est claire : « Investir dans des stages pour rester à la pointe de la technologie, être ouvert et prêt à innover ».

Les formations dans les métiers de l'automobile comptent parmi les meilleures et les plus diversifiées du système éducatif suisse. Les nombreuses places de choix occupées par les mécatroniciens d'automobiles en sont la preuve en comparaison internationale. Et si Thomas Hurter demandait au début du congrès comment motiver davantage de femmes pour les métiers de l'automobile, Sophie Schumacher et d'autres jeunes talents ont apporté une réponse sur scène – tout comme Olivier Maeder, directeur UPSA du secteur Formation. La mécatronicienne bernoise de véhicules utilitaires représente cette année la Suisse à la première édition des WorldSkills pour véhicules utilitaires.

Des orateurs extérieurs à la branche automobile apportent à chaque fois une inspiration importante. David Bosshart, CEO pendant 22 ans du célèbre Institut Gottlieb Duttweiler, a donné aux garagistes, outre des conseils pratiques, des questions qu'ils doivent se poser au quotidien pour continuer à entretenir des relations fructueuses avec les clients. Beni Huggel a parlé de motivation et d'esprit d'équipe et a présenté des exemples tirés de son impressionnante carrière de footballeur professionnel. L'actuel expert de la télévision suisse a convaincu avec des mots clés comme « inspirer plutôt que critiquer », « l'authenticité avant l'autorité » ou « nous avant moi ».

Ajouter un commentaire
Veuillez calculer 9 plus 6.