La population suisse est unanime : la sécurité routière est importante. Une enquête représentative du gfs-zürich montre que les mesures définies dans « Via sicura » sont considérées comme efficaces pour prévenir les comportements fautifs des usagers, et donc des accidents. Une nette majorité se prononce à la fois contre des libéralisations et pour la mise-en-œuvre des mesures du programme législatif qui ne sont pas encore entrées en vigueur.

 

Partager cet article :

Selon la population suisse, la sécurité dans la circulation routière est élevée, mais peut encore être renforcée. Suissesses et Suisses mentionnent spontanément la vitesse comme le plus grand problème sur nos routes et appellent explicitement de leurs vœux des régulations de la vitesse. La prévention des accidents est également jugée très importante, en particulier s'agissant de la sensibilisation à la distraction due à l'utilisation du téléphone portable et de la conduite sous influence d'alcool et de stupéfiants. Telles sont les conclusions d'une enquête représentative menée auprès de la population à l'échelon national par les trois organisations à but non lucratif, Au Volant Jamais, Croix-Bleue Suisse et RoadCross Suisse sur le thème « Sécurité routière ».

Par son inquiétude, la population démontre une bonne intuition pour les principaux dangers sur les routes suisses : en effet, l'inattention, la vitesse excessive, les refus de priorité, ainsi que la conduite sous influence de l'alcool, de stupéfiants ou de médicaments, sont les principales causes d'accidents graves (Sinus 2023, bpa).

La population veut des mesures efficaces

L'évaluation révèle un bilan positif de la voie politique empruntée voilà 12 ans : le programme de sécurité routière « Via sicura ». Bilan que les personnes interrogées confirment. Pour autant, certaines mesures ont déjà été affaiblies, voire complètement supprimées avant l'entrée en vigueur. Un solide soutien au sein de la population permet de contrer ces velléités de libéralisation et de saisir les opportunités manquées au profit de la sécurité routière : une vaste majorité se prononce contre des peines atténuées lors de délits de chauffard. Les Suissesses et les Suisses souhaitent en outre mettre en œuvre les mesures initialement prévues dans le programme. Selon environ deux tiers des personnes interrogées, tant un dispositif anti-démarrage comme mesure préventive d'accidents lors de délits liés à la conduite sous emprise de l'alcool, qu'une formation complémentaire en cas de comportements fautifs, sont des instruments appropriés pour empêcher les personnes alcoolisées de conduire. La population appelle donc de ses vœux un Parlement qui adopte et met en œuvre des mesures efficaces et des dispositions légales favorisant des déplacements sûrs.

La population veut renforcer la responsabilité individuelle grâce au travail de prévention

Aux yeux de la population, il incombe à chacune et chacun d'apporter une contribution appropriée à la sécurité routière : qui conduit est apte à la conduite, en forme et concentré, et respecte les limitations de vitesse. Or, au quotidien les gens ne se comportent pas toujours comme leurs prises de positions le suggèrent – que ce soit par habitude, contrainte de temps ou simplement parce que c'est pratique. Une sensibilisation à une participation responsable à la circulation routière s'impose donc. La population accorde une importance en conséquence également au travail de prévention tel que le pratiquent par exemple Au Volant Jamais, la Croix-Bleue Suisse ou RoadCross Suisse. Grâce à leurs évènements et campagnes, ces organisations touchent des usagers de tout âge en Suisse et démontrent comment les bonnes décisions influent positivement sur la sécurité routière – pour soi comme pour l'ensemble des usagers. Pour ce faire, ces acteurs ont besoin de la volonté et du soutien des milieux politiques.  Des routes sans accidents requièrent les efforts de toutes et tous – femmes et hommes politiques, spécialistes de la prévention et – à l'évidence ! – usagers de la route !

Base des données

Les résultats de l'enquête menée auprès de la population « Sécurité routière » reposent sur une enquête représentative réalisée par téléphone et en ligne entre novembre et décembre 2023 par l'institut de sondage et de recherche gfs-zürich auprès de 1'216 résident·e·s âgés de 18 ans au moins. Cet échantillon est représentatif de la population suisse en regard du sexe, de l'âge et des trois grandes régions linguistiques suisses (Suisse alémanique, Suisse romande, Tessin).

Ajouter un commentaire
Veuillez additionner 3 et 5.